Pôle emploi - Emploi Parlons Net

Marché du travail

38 propositions pour favoriser l’emploi des seniors

Les seniors apportent une valeur ajoutée certaine dans l’entreprise, encore faut-il leur donner les moyens de la mettre à profit. C’est ce que démontre ce rapport qui avance 38 propositions, et autant de solutions pour lever les freins. Il servira de base à des concertations express, qui doivent se mener en parallèle de la réforme des retraites. Les partenaires sociaux et le ministère du Travail sont ainsi appelés à faire changer la donne.

Finis les « seniors » et bienvenue aux « expérimentés » ! Il faut déjà changer les mots, commencent par préconiser les auteurs – Sophie Bellon, la présidente du conseil d’administration de Sodexo, Olivier Mériaux, ancien directeur général adjoint de l’Anact et Jean-Manuel Soussan de Bouygues Construction – du rapport remis au gouvernement le 14 janvier dernier. Et c’est bien de la valorisation des expériences qu’il s’agit, un prérequis pour qui veut enclencher cette véritable révolution culturelle.

Les stéréotypes ont souvent la vie dure, et ceux dont souffrent les plus de 55 ans, sont bien ancrés et ce, depuis longtemps. Si le taux d’emploi des seniors, en France, se retrouve loin de la moyenne européenne, il est pourtant en hausse depuis les années 2000 et montre un début de changement. Mais, pour que ce virage ait bien lieu, encore faut-il que les politiques publiques le soutiennent. Le rapport fait état de 38 propositions qui touchent aussi bien la santé que la retraite, la fiscalité, la formation ou encore la mobilité.

Aménager les postes et les organisations

Enfin, s’appuyant sur ce qui se fait dans d’autres pays, les plus de 50 ans pourraient bénéficier d’un nouveau droit à un « aménagement raisonnable » de leur organisation du travail. Et, principalement pour les cadres, des accords de branche pourraient permettre à des salariés de voir allégées leurs responsabilités s’ils acceptent une diminution de leur rémunération, en contrepartie du versement anticipé de leur indemnité conventionnelle de licenciement.

La question de la pénibilité est en effet un point crucial pour l’emploi des seniors, étant l’un des freins les plus souvent mis en avant. De nombreuses propositions visent à l’alléger pour mieux maintenir les « expérimentés » dans leur activité. La santé au travail et la prévention est au cœur des prochaines négociations interprofessionnelles. L’une des pistes préconisées serait de faciliter les accords sur la pénibilité en abaissant les seuils. Une autre propose de favoriser les programmes de recherche en matière de prévention, en les rendant éligibles au crédit impôt recherche.

Valoriser les expériences et l’accès à de nouvelles compétences

Les seniors ont de l’expérience, pourquoi donc ne pas la mettre à profit pour former les plus jeunes ? C’est tout l’objet de certaines propositions qui préconisent de les désigner plus facilement comme tuteurs ou maîtres d’apprentissage. Pour ce qui concerne justement la valorisation de l’expérience, un programme de recherche devrait être lancé, réunissant autour de la table toutes les générations de salariés. Enfin, la montée en compétences des seniors est également au cœur de ce rapport. Ceux qui totalisent plus de 20 ans d’expériences pourraient bénéficier de bilans de compétences et, pour les plus de 45 ans, d’un compte personnel de formation déplafonné.

À noter, les auteurs du rapport ne recommandent pas d’alléger le coût du travail des seniors ni d’instaurer un index emploi, comme cela a été fait pour l’égalité homme-femme.

S.B.

En savoir plus :

Découvrez le rapport BELLON-MERIAUX-SOUSSAN : « Favoriser l’emploi des travailleurs expérimentés »

Les 5 axes du Rapport pour favoriser l’emploi des travailleurs expérimentés

  1. Mettre les enjeux du vieillissement au cœur des politiques de prévention et de santé au travail
  2. Prévenir les risques d’obsolescence des compétences en seconde partie de carrière et favoriser la transmission des savoirs
  3. Faciliter et organiser les mobilités et transitions professionnelle favorables au maintien en emploi
  4. Favoriser des transitions plus progressives entre « pleine activité » et « pleine retraite »
  5. Accélérer la transformation culturelle des organisations pour faire évoluer les représentations

 

Également à lire

Marché du travail

18 novembre 2020

Emploi et handicap : les disparités demeurent

Alors que la 24ème édition de la Semaine Européenne pour l’Emploi des Personnes Handicapées (SEEPH) s'est ouverte le 16 novembre 2020, retour sur l’emploi des personnes en situation de handicap à l’issue d’une année de crise sanitaire, qui a fait repasser plusieurs voyants à l’orange, mais pas tous !

en savoir plus