Pôle emploi - Emploi Parlons Net

Innovation & Société

Diversidays, ou la bataille du numérique inclusif

Huit finalistes « pitchaient » leur projet le 12 décembre dernier à l’Hôtel de ville de Paris, lors de la finale des Diversidays, une initiative qui récompense les talents issus de la diversité dans le secteur digital. Un autre visage de la Tech française.

Publié le 16/12/2019 Mise à jour le 18/12/2019

Ils étaient huit ce jeudi 12 décembre à monter sur le podium de la grande salle des fêtes de l’Hôtel de ville, à Paris : Abdelaali, Mariama, Bianca, Ahmed, Noam, Souad, Amadou, Aimé. Huit lauréats de la 5ème édition des Diversidays, venus présenter leur projet devant plus de 600 personnes et glaner des soutiens. Huit talents ou « Diversimakers » dont le point commun est de « faire bouger les lignes » et de « casser les clichés », annonce dès le début de la soirée, Anthony Babkine, co-fondateur avec Mounira Hamdi de Diversidays, un collectif qui entend favoriser l’émergence de talents issus de la diversité dans le secteur du numérique. Car c’est bien là que le bât blesse : la french-tech hexagonale est encore trop souvent l’apanage de « l’homme blanc, sorti des grandes écoles ».

Or, « les start-ups qui réussissent le mieux sont celles où il y a de la diversité », affirme Jean-Louis Missika, hôte d’un soir et adjoint à l’urbanisme à la mairie de Paris.

Accélérateur de diversité

Conçu comme un « accélérateur de diversité », le programme Diversidays a pour but d’accompagner les projets à fort impact social liés au numérique et portés par des personnes qui n’ont pas un « profil tech » classique, assurent les deux co-fondateurs.
« L’idée que la diversité puisse être un levier de performance dans le secteur numérique n’a pas encore fait son chemin dans toutes les consciences », déplore Mounira Hamdi. « La mission de Diversidays est triple, explique Anthony Babkine : remettre en route le moteur de l’ascenseur social, dénicher les futures pépites de la Tech française et prouver qu’avec du soutien, chacun peut y arriver ».

Et chacun des huit lauréats de la promotion 2019 des Diversidays est venu en témoigner à sa manière. C’est le cas de Bianca Schor, notamment. Née au Lilas, en Seine-Saint-Denis, elle a la chance de grandir à Paris et faire sa scolarité dès la 6ème au collège Henri IV « malgré des lacunes en orthographe », explique-t-elle, puis ses études supérieures au Trinity College de Cambridge, où elle est actuellement chercheuse en doctorat. C’est la perte d’un ami cher qui la pousse à créer, avec une amie de lycée, Curious Connect, une start-up Tech qui crée des ponts entre les entreprises et les leaders de demain, via l’alternance. Avec sa triple culture, française, britannique et italienne, Bianca Schor est convaincue qu’une éducation de qualité peut mener à l’excellence.

Un comité de bienveillance pour « sourcer » les talents

Chaque année, les Diversimakers sont sélectionnés par un « comité de bienveillance » dans lequel se retrouvent notamment de grandes entreprises telles qu’AXA France, PWC France, TBWA ou encore BNP Paribas mais aussi Pôle emploi ou Goodeed, le site web de dons en ligne. Ces partenaires – ils sont aujourd’hui 63 – accompagnent l’équipe de Diversidays à chaque étape de la recherche de talents. Ils avaient chacun la charge, ce jeudi soir à l’Hôtel de ville, d’introduire l’un des huit lauréats et ne tarissaient pas d’éloges à leur égard : « l’inclusion, c’est le combat de sa vie », « elle a un talent pour identifier les problèmes et trouver les solutions numériques », « sacrément déterminée et audacieuse » « un talent disruptif », « elle a levé toutes les difficultés »…

Avant d’arriver à la finale parisienne, chacun des huit talents est passé par le Leadership Programme de Diversidays qui leur met le pied à l’étrier, en les mettant en contact avec des interlocuteurs utiles, et leur fait gagner en assurance. Ensuite, pour les rendre visible, un événement tremplin est organisé en région durant lequel « nous les amenons à s’imposer comme des rôles modèles dans leur domaine, et comme des acteurs à part entière de l’économie numérique », explique Mounira Hamdi.

Acteurs à part entière du numérique, Abdelaali, Mariama, Bianca, Ahmed, Noam, Souad, Amadou et Aimé l’étaient assurément jeudi soir sur le podium de Diversidays. Le hashtag #Diversidays était en première place sur les réseaux sociaux en Ile-de-France, ce 12 décembre.

N.S.

Également à lire

Innovation & Société

23 avril 2020

Solidarité numérique : une mobilisation des acteurs de l’emploi et du numérique

Avec l’épidémie de COVID-19, et le confinement qui en découle, le numérique est devenu un instrument indispensable au quotidien pour travailler, communiquer, faire des démarches administratives, apprendre… Mais l’accès aux outils digitaux est source d’inégalités sociales. Pour y répondre, les acteurs du numérique, les entreprises, les organisations ou associations se mobilisent, soutenus par le Gouvernement. La Solidarité numérique se met en place.

en savoir plus