Pôle emploi - Emploi Parlons Net

Marché du travail

Faire reculer la pauvreté en France : l’emploi en jeu

Plusieurs statistiques récentes pointent la précarité de l’emploi comme facteur aggravant de développement de la pauvreté.

Quid de la pauvreté en France ? Alors qu’on célébrait le 17 octobre dernier la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, l’information est tombée : la pauvreté ne diminue pas vraiment en France. C’est l’organisme européen de statistiques Eurostat qui a, le premier, publié ses résultats. Si, en pourcentage de la population, le nombre de personnes menacées en France a diminué en une décennie, perdant un point de 18,5% à 17, 4%, un des taux les plus bas en Europe, il cache une réalité moins rose : le chiffre du « risque de pauvreté après transferts sociaux » ; c’est lui qui fait foi pour les spécialistes, car il inclut l’accès aux prestations sociales. Depuis 2008, le pourcentage de ces personnes pauvres malgré les aides a augmenté là aussi d’un point quasiment, de 12,5% à 13, 4% de la population considérés comme pauvre (*).

Un taux de pauvreté stable depuis 2014

Une tendance qui semble être confirmée par l’Insee, puisque l’Institut national de la statistique et des études économiques pointe aussi, grâce à des outils de projection, une augmentation de 0,6 point du taux de pauvreté en France pour l’année 2018. Selon l’Insee, en 2018, 14,7% des Français – c’est-à-dire 9,3 millions de personnes – vivaient sous le seuil de pauvreté (60% du niveau de vie médian : près de 1 065 € mensuels, après impôts), soit quasiment le même niveau qu’en 2011. Ils étaient 14,1% en 2017. « Ce n’est pas une bonne nouvelle », convient Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités, qui demeure toutefois prudent en attendant les données définitives qui seront confirmées en septembre 2020.

Ce dernier rappelle que, depuis 2014, ce pourcentage était plutôt stable. « Cette hausse s’expliquerait en partie par la diminution des allocations logement dans le parc HLM en 2018, les niveaux de vie n’intégrant pas la baisse de loyer équivalente. En neutralisant l’effet de la baisse des allocations logement dans le parc social, cette hausse serait plus modérée (+ 0,2 point) », précise l’Insee.

CDD, intérim et apprentissage en hausse

Selon un rapport de l’Observatoire des inégalités publié en juin dernier, la pauvreté en France serait alimentée par une « précarité de l’emploi » croissante. « La France qui subit les inégalités est d’abord celle des flexibles au travail », souligne Louis Maurin, le directeur de l’Observatoire, dans la troisième édition de ce rapport d’expertise indépendant publié tous les deux ans. Un million de personnes exercent un emploi mais disposent malgré tout d’un niveau de vie inférieur au seuil de pauvreté, établi par l’Observatoire à 50% du revenu médian (soit 855 euros par mois pour une personne seule). Le « taux de précarité » des travailleurs était de 13,6% en 2017, contre 12% dix ans plus tôt selon l’Observatoire, pour qui cette progression constitue « un phénomène nouveau et inquiétant ».

En cause selon les auteurs du rapport, l’augmentation des contrats à durée déterminée, d’intérim et d’apprentissage depuis 2014 après dix ans de stabilité. De son côté, Eurostat note qu’en 2018, une personne sur 11 dans l’Union européenne vit dans un ménage « à très faible intensité de travail ». 9% de la population âgée de 0 à 59 ans vit dans des ménages où les adultes avaient utilisé moins de 20% de leur potentiel total de travail au cours de l’année précédente. Cette proportion a baissé par rapport à 2017 (9,5%) et est également plus basse que le niveau de 2008 (9,2%). Pour faire face à ce défi, le gouvernement a lancé en 2018 une stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté, dotée de 8,5 milliards d’euros ainsi qu’une concertation pour la création d’un revenu universel d’activité en 2023, qui regrouperait au moins trois allocations : le revenu de solidarité active (RSA), la prime d’activité et l’aide au logement (APL). Les résultats seront scrutés à la loupe.

(*) L’évolution de ces chiffres court en réalité jusqu’aux chiffres consolidés de 2017, selon Eurostat

Également à lire

Marché du travail

18 novembre 2019

« Tour de France des solutions » : le plein d’idées pour faire avancer l’emploi

Mobiliser tous les acteurs de l’emploi sur le terrain et en région pour faire émerger des initiatives qui fonctionnent, c’est l’idée de ce grand Tour de France des solutions qui a débuté en octobre dernier. Mené par les ministères du Travail, de l’Écologie ainsi que celui de l’Économie et des Finances, le programme a pour objectif d’identifier une vingtaine de projets qui pourraient être répliqués au national.

en savoir plus