Pôle emploi - Emploi Parlons Net

Marché du travail

Hommes/femmes, l’inégalité face au temps partiel

Les femmes sont moins nombreuses au chômage que les hommes mais l’écart entre le taux d’emploi entre les deux sexes reste important, encore plus en équivalent temps plein. La seule prise en compte du taux de chômage cache de vraies différences de situations selon le Centre d’Etudes de l’Emploi.

Selon l’Insee, au troisième trimestre 2014, 10,1% de la gent masculine était sans emploi contre 9,7% pour le sexe féminin. Certes, depuis la fin des années 90, l’écart s’est beaucoup réduit entre les deux sexes. Notamment depuis que le sexe dit « faible »  s’est massivement engagé dans les études supérieures. Depuis plusieurs décennies, elles sont même plus diplômées que les hommes. Il semblerait donc logique qu’elles aient réussi à surpasser les hommes en matière d’emploi. Et que ne demeureraient que des questions relatives aux inégalités professionnelles et salariales. Mais, comme le démontre l’analyse du Centre d’études de l’emploi, la question de l’accès à l’emploi des femmes est toujours d’actualité et d’importantes disparités de situation subsistent sur le marché du travail entre hommes et femmes.

D’abord l’écart de taux d’emploi entre les deux sexes reste important : 67,5% des hommes en âge de travailler ont un emploi contre 60,8 pour les femmes. Et l’écart se creuse encore davantage si on considère le taux d’emploi en équivalent temps plein. Restant à un niveau très proche pour les hommes, ce taux chute pour les femmes en raison de la très forte proportion de celles travaillant à temps partiel et de leur présence, près de trois fois plus importante, dans le sous-emploi.

Ensuite, souhaitant dépasser les indicateurs habituels caractérisant l’accès à l’emploi, l’étude du CEE s’attache au « continuum » des situations plus ou moins éloignées de l’emploi pour montrer que les inégalités entre les sexes dans ce domaine persistent. Et là la question du choix et de la liberté de choix sont essentielles. Au sens du BIT, un chômeur est une personne sans emploi, qui en cherche un, et est disponible pour travailler. Mais le souhait de travailler n’est pas envisagé socialement de la même manière pour les hommes que pour les femmes et cela, selon le CEE, rend plus discutable les indicateurs statistiques distinguant temps partiel « choisi » et temps partiel « subi ». Le temps partiel est en effet souvent une norme intériorisée par les femmes comme la bonne solution pour articuler vie professionnelle et vie familiale. Ainsi, selon les statistiques d’Eurostat, on constate que 74% des personnes à temps partiel en Europe sont des femmes, de même qu’elles sont majoritaires dans les catégories « personnes cherchant un travail mais non disponibles », « personnes disponibles mais qui ne cherchent pas d’emploi » et « inactives pour d’autres raisons économiques ». Si les femmes sont ainsi moins au chômage que les hommes, elles ne représentent que 40,6% de l’emploi à temps complet. Et sont surreprésentées dans toutes les catégories éloignées de l’emploi à temps complet. La seule prise en considération du taux de chômage cache de vraies différences de situations face à l’accès à l’emploi des hommes et des femmes.

Cécile Antoine

Également à lire

Marché du travail

14 décembre 2018

Revue de presse du recrutement numérique N°32

Dans cette revue de presse du recrutement numérique, nous revenons sur l'utilisation de LinkedIn dans sa recherche d'emploi et sur la mise en avant de ses compétences.

en savoir plus

Dernières publications