Pôle emploi - Emploi Parlons Net

Marché du travail

La reconversion professionnelle et le retour à l’emploi des femmes évoluent… dans le bon sens

Clara Delétraz, Fondatrice de l’organisme de formation et de transition professionnelle Switch Collective, dont près de deux tiers des participants sont des femmes. Bilan de compétences, secteurs qui recrutent, accompagnement de l’écosystème : un regard sur les tendances en cours qui caractérisent l’évolution professionnelle, au féminin, sur le marché du travail.

70 % des personnes qui suivent vos formations sont des femmes. Pour quelles raisons selon vous ?

Il faut mettre ce chiffre au regard de notre communauté au sein de Switch Collective, qui est de 30 000 personnes environ, et qui compte autant de femmes que d’hommes. Notre constat est que les femmes, d’une manière générale, sont plus enclines à accepter de se faire accompagner – et donc de se reconvertir – que les hommes.

Quelle est votre vision du marché du travail pour les femmes ?

Il y a de gros challenges pour les femmes, comme l’égalité salariale par exemple, il y a aussi beaucoup de femmes en situation de précarité et la crise économique et sanitaire que nous traversons accentue cela. Cependant, le monde du travail tel qu’on l’a connu, avec d’abord des postes et des fonctions pour les hommes, est en train d’évoluer et les femmes ont un vrai rôle à jouer : elles sont les mieux placées dans cette nouvelle ère du travail où la quête de sens, le collectif, la sensibilité sont des valeurs qui émergent de plus en plus.

Quelles sont les difficultés auxquelles se confrontent les femmes qui souhaitent se reconvertir ou retrouver un emploi ?

L’inégalité L’inégalité salariale entre les hommes et les femmes met en exergue le fait que les femmes risquent de moins épargner. Or, se former, se reconvertir, c’est aussi un investissement financier. De plus, on constate que les femmes qui lancent leur entreprise vont lever moins de fonds que les hommes et avoir moins d’investissements de la part de tiers.

Autre frein : le temps. Ce frein peut notamment être relié au manque de répartition des tâches au sein d’un foyer, à l’éducation des enfants, etc. Il y a aussi les freins que les femmes se mettent toutes seules, des freins « internes », qui peuvent les empêcher d’avancer, comme le manque de confiance en soi, le sentiment d’illégitimité.

Quelles sont les opportunités pour les femmes qui souhaitent se reconvertir ou retrouver un emploi ? Certains secteurs, métiers, sont-ils plus enclins à recruter des femmes ?

Paradoxalement, les femmes se mettent moins de pression que les hommes sur leur place dans le monde du travail, et cela leur offre une certaine forme de liberté qui leur ouvre des opportunités professionnelles. Par ailleurs, les femmes bénéficient aujourd’hui de réseaux très solides et structurants, qui sont autant d’opportunités pour elles de réussir leur reconversion ou leur retour vers l’emploi.

Concernant les secteurs qui recrutent, les femmes ont une carte à jouer dans les métiers des services à la personne qui sont en pleine explosion, les métiers liés à la santé, à l’éducation et au bien-être. Des opportunités s’ouvrent aussi dans les secteurs où les femmes sont sous-représentées, comme les métiers de la Tech.

Le bilan de compétences est-il l’outil qui peut permettre aux femmes d’atteindre leur objectif de reconversion professionnelle ou de retour à l’emploi ?

C’est important de se poser les bonnes questions en amont, car la reconversion professionnelle induit du temps et des ressources. Donc oui, il faut passer par une démarche d’accompagnement de type bilan de compétences. Cela permet de se poser des questions clés, comme la question des compétences à acquérir pour retrouver du travail par exemple.

Formations, incubateurs, etc., de plus en plus d’initiatives se dédient à l’accompagnement des femmes. Ces structures changent-elles la donne ?

Oui. L’un des éléments clés dans la reconversion professionnelle est le réseau, et ce type de formations et de structures, au-delà de ce qu’on y apprend, permettent de se constituer un réseau.

Observez-vous un changement de paradigme avec un marché du travail plus ouvert aux femmes ?

Oui tout à fait. Les choses vont dans le bon sens et le futur du travail sera féminin. En revanche, il ne s’agit pas d’évoluer en vase clos et de mettre les hommes « de côté », le changement de paradigme se fera par les femmes, pour tout le monde.

Également à lire

Marché du travail

10 juin 2021

Multi-activité et engagement dans le travail : un cadre à reconstruire

Dans la période actuelle, nombre d'entre nous ont vu leur environnement de travail être bouleversé, bon gré mal gré. Pour mieux comprendre ce qui permet aux travailleurs de s'adapter à ce contexte, nous avons posé quelques questions à Alexandra Bidet.

en savoir plus