Pôle emploi - Emploi Parlons Net

Secteurs & Entreprises

Les entreprises à impact social au cœur de la relance

De nombreuses entreprises se réinventent en s’inspirant des principes de l’économie sociale et solidaire pour faire face à une nouvelle donne. Rencontre avec Caroline Neyron, Directrice Générale d’Impact France qui les accompagne.

Pouvez-vous présenter le secteur de l’économie sociale et solidaire (ESS) et ses perspectives en termes d’emploi ?

Plus qu’un secteur de l’économie, nous regroupons de très nombreuses entreprises qui placent l’impact social et écologique au cœur de leur modèle. Leur profit sert prioritairement un impact positif. Nous accompagnons des entreprises telles que Le Slip Français, Biocoop, Enercoop, La Ruche qui dit Oui, Lita.co, parmi beaucoup d’autres.

Certaines sont des piliers de l’ESS, d’autres sont en transition. Nos adhérents qui ne sont pas directement membres de l’ESS s’emparent de ses principes et partagent avec elle une vraie dynamique de transformation. Leur point commun est de développer un vrai partage de la valeur, des gouvernances plus horizontales, et de s’appuyer sur des circuits courts, le made in France, d’affermir leur impact écologique et social, etc. Au total nous représentons plus de 3 000 entreprises de toutes tailles, pour un nombre de collaborateurs difficile à estimer, mais qui doit tourner autour de 500 000.

Comment ces entreprises sont-elles spécifiquement impactées par la crise sanitaire ?

Etant donné qu’elles interviennent dans une grande variété de secteurs, elles ne sont ni plus ni moins impactées par la crise que les autres. Dans certaines filières, les entreprises à impact ont même mieux résisté que les entreprises plus classiques parce qu’elles étaient déjà organisées de manière plus horizontale, avec des circuits locaux d’approvisionnement qui leur ont permis de faire preuve de plus de résilience. Les modèles alternatifs démontrent leur force et invitent, à partir du désastre, à reconstruire différemment. Il s’agit maintenant d’accélérer cette transformation.

Les difficultés actuelles révèlent l’importance des entreprises à démarche sociale. Quels sont les enjeux d’un acteur comme Impact France ?

Le système « classique » démontre sa fragilité, il faut donc construire l’économie de demain à partir de la crise d’aujourd’hui. Et les pistes ne manquent pas pour considérer que la crise actuelle puisse aussi être une opportunité pour demain.

À ce titre il est important que l’État continue d’accompagner les acteurs à impact. Cette meilleure prise en compte du secteur pourrait se faire de nombreuses manières, et particulièrement via des actions très concrètes : commandes publiques, investissements, fiscalité… il est urgent de repositionner des règles du jeu très claires pour continuer à améliorer la prise en compte des entreprises à impact et créer de nouveaux chemins de transformation.

À l’heure ou l’écologie est de plus en plus utilisée comme argument de communication, il y a un effort de transparence à poursuivre pour aider les entreprises dont l’impact est réel.

Quel rôle peuvent jouer les entreprises de l’ESS dans ce contexte difficile, auprès des personnes en difficulté ou éloignées de l’emploi ?

Les professionnels de l’inclusion professionnelle et sociale sont plus que jamais en capacité à accompagner les personnes en difficulté, les jeunes ou les personnes éloignées de l’emploi. Ils sont très soutenus par la puissance publique et font désormais face à un enjeu de changement d’échelle pour répondre au besoin grandissant avec la crise. Ils doivent jouer un rôle de « sas » avec l’économie classique pour réorienter les gens, bref les inscrire dans un parcours d’inclusion.

Notre rôle à leurs côtés est d’accélérer la rencontre entre l’ESS et l’économie classique. D’orienter les professionnels et les personnes bénéficiaires.

Quelles sont les perspectives du secteur à moyen terme ?

Les transformations à engager sont importantes et peuvent sembler très, trop larges. D’où le besoin d’accompagnement de nombreuses entreprises qui ne sauraient pas par où commencer pour engager leur transition. En tant que réseau de dirigeants, nous ne cherchons pas à contraindre, mais proposons une liste de 20 engagements sur lesquels prendre des actions en 3 ans. De nombreuses entreprises savent que, si engager des transformations est difficile, ne pas le faire serait plus risqué et coûteux encore.

Nous assistons à un véritable changement de paradigme dans l’opinion et les politiques publiques, en faveur de plus d’écologie, plus de comportements vertueux de la part des entreprises. De nombreux étudiants ou jeunes actifs déclarent qu’ils préfèrent refuser un emploi dans une société dont l’impact positif ne serait pas prouvé. C’est une vraie force motrice pour les inciter à ne pas rester focalisées sur le court terme, même si la crise les y contraint souvent.

Avec la Chine et les États-Unis, c’est 75% de l’économie mondiale qui engage aujourd’hui sa transition écologique. Nous avons de l’avance, mais ne restons pas à la traine. Plus que jamais, et la crise sanitaire le révèle, le moment est venu.

En savoir plus : Impact France

A.L.

Également à lire

Secteurs & Entreprises

01 septembre 2021

L'égalité hommes-femmes dans les transports et la logistique

Historiquement très masculin, le secteur professionnel des transports et de la logistique connaît encore une part assez faible de femmes. Mais au-delà de ce lieu commun, la réalité n'est pas uniforme et de nombreuses actions sont mises en place. Avec deux mots d'ordre, l'égalité et la mixité !

en savoir plus