Pôle emploi - Emploi Parlons Net

Marché du travail

Les entreprises d’insertion, un tremplin vers un emploi durable

Les entreprises d’insertion (EI) permettent à des personnes éloignées de l’emploi de se réintégrer dans le marché du travail. Marguerite, entreprise de l’ESS (Economie Sociale et Solidaire), recrute des demandeurs d’emploi de longue durée pour répondre aux besoins de livraison des e-boutiques de leurs produits à des particuliers. À la clé : un accompagnement pour leur permettre de retrouver un travail ou se former. Rencontre avec Emmanuelle Touilloux, directrice et fondatrice.

Pourquoi avez-vous eu envie de vous orienter vers l’insertion ?

Lorsque j’ai créé Marguerite, c’était dans l’objectif de faire accéder à l’emploi des personnes qui en sont éloignées. Je crois beaucoup à l’insertion par l’activité économique.
Aujourd’hui, un certain nombre de personnes n’arrivent pas à retrouver du travail parce qu’il y a eu un décrochage à un moment, lié à des problèmes qu’ils ont rencontrés et qui ne sont pas forcément dus à un manque de compétences. Parfois, un trou dans le CV de deux ou trois ans suffit à faire peur aux recruteurs.

Comment fonctionnez-vous ?

En tant qu’entreprise d’insertion (EI), nous avons passé une convention avec l’État et Pôle emploi. Nous nous engageons à recruter des personnes qui répondent à des critères précis : avoir un bas niveau de qualification, être demandeur d’emploi depuis plus de deux ans, être bénéficiaire de minima sociaux…
Les contrats que nous proposons peuvent aller jusqu’à deux ans. Durant cette période, ils travaillent pour Marguerite sur la préparation des commandes, l’emballage, l’expédition, et nous les accompagnons à la fois dans leur recherche d’emploi et sur les problèmes qu’ils rencontrent par ailleurs. Nous les voyons en entretien chaque semaine, pendant leur temps de travail. L’objectif est qu’à la fin de leur contrat, ils soient en mesure de retrouver un emploi durable ou de reprendre une formation.

Quels sont en général les attentes et les besoins des demandeurs d’emploi de longue durée ?

Le premier besoin est la stabilité. Le fait d’avoir un contrat de deux ans est déjà essentiel. C’est une période qui leur permet de reprendre pied, dans un environnement bienveillant et à l’écoute, adapté à leur rythme. Nous leur proposons, durant cette période, un accompagnement pour définir leur projet professionnel et certaines des étapes nécessaires, comme une remise à niveau, des formations, puis dans leur recherche d’emploi en les mettant en contact avec des entreprises pour des stages ou un emploi durable.
Certaines des personnes que nous recrutons n’ont pas travaillé depuis un grand nombre d’années, jusqu’à dix ans. D’autres problèmes, comme le logement, la santé, le surendettement… sont autant de freins. Nous les aidons alors pour leurs dossiers administratifs.

Comment travaillez-vous avec Pôle emploi ?

Nous nous adressons à eux pour recruter les demandeurs d’emploi qui ont besoin d’une réinsertion professionnelle. Ils diffusent notre offre auprès de partenaires ou d’associations. Cela fait dix ans maintenant que je travaille dans ce secteur et j’ai pu apprécier de grandes améliorations. Au début, cela pouvait prendre deux semaines avant que les profils soient validés par Pôle emploi. Aujourd’hui, le process est beaucoup plus fluide.
Côté gouvernement, nous nous félicitons de voir que de plus en plus de moyens sont apportés à l’insertion.

S.B.

[Chiffres clés]
15 salariés dont 6 en insertion chez Marguerite
60 % des personnes retrouvent un emploi de plus de six mois ou intègrent une formation
1 200 Entreprises d’insertion en France en 2017*
71 900 salariés dont 81% en parcours d’insertion en 2017*

* Chiffres clés des entreprises d’insertion 2018, La Fédération des entreprises d’insertion

Également à lire

Marché du travail

05 décembre 2019

Etude APEC : L'économie sociale et solidaire suscite un intérêt croissant chez les cadres

Acteur économique de premier plan, l’Économie sociale et solidaire représente 10% du PIB et près de 12,7% du total des emplois privés en France. L'Observatoire de l'emploi cadre de l'APEC a radiographié dans une étude le marché de l'emploi cadre dans le secteur, en partenariat avec le Conseil national des chambres régionales de l'économie sociale et solidaire (CNCRESS).

en savoir plus