Pôle emploi - Emploi Parlons Net

Innovation & Société

L’OCDE pointe la France du doigt concernant l’emploi des seniors

Selon son dernier rapport sur le vieillissement et les politiques de l’emploi, nous sommes, en la matière, dans le peloton de queue des 34 pays membres de l’OCDE avec un taux d’emploi des 55-64 ans de 44,5%, alors que la Suède caracole en tête avec 73,1% de taux d’activité, suivie de l’Allemagne (61,5%) et des Etats-Unis (60,7%).

Mais sommes-nous vraiment si mauvais élèves qu’il faille nous clouer au pilori ? En fait, l’emploi des jeunes seniors (55-59 ans) a nettement progressé dans l’hexagone. Avec un taux de 67% en 2012, il est supérieur de quatre points à la moyenne européenne et de un point en moyenne de l’OCDE. C’est après que cela se gâte. Après l’âge de 60 ans nous décrochons des moyennes internationales alors que leur taux d’activité a augmenté de vingt points en dix ans. Notre transition emploi-retraite est particulièrement précoce.
 
L’Organisation de coopération et de développement économique nous incite donc à lutter contre la discrimination liée à l’âge, à privilégier la reconversion professionnelle, à rendre la rupture conventionnelle moins attractive en fin de carrière pour les salariés et les entreprises et à renforcer les actions en faveur du retour à l’emploi. En cause notamment, cette période de chômage tardif qui serait trop souvent considérée par tous comme une préretraite déguisée. Entre 2008 et 2011, à peine plus d’un senior sur deux est passé directement du travail à la retraite. Et en 2013 les plus de 50 ans ont gonflé de 12% les chiffres de Pôle emploi.
 
Une résultante, selon l’OCDE, de la crise certes, mais aussi de l’amabilité des organismes sociaux envers les seniors. A temps de travail égal, ils ont en effet droit à un an d’allocations de plus que leurs cadets et peuvent se faire accompagner jusqu’à la retraite à taux plein dès l’âge de 61 ans. Des mesures qui n’inciteraient pas à la recherche d’emploi. Cela étant, en 2012, 7,1% des 55-64 ans était au chômage. Soit un taux inférieur de près de trois points à celui de l’ensemble de la population active. Mais, à leur âge, le chômage est les plus souvent de longue durée, soit supérieur à un an pour les deux tiers d’entre eux. Un sujet sur lequel est en train de plancher le conseil d’orientation des retraites.
 
L’une des préconisations de l’OCDE risque en tout cas de ne pas être appréciée en France : l’organisme économique suggère en effet de rendre plus attractives les politiques de retour à l’emploi des seniors, quitte à rendre moins attractives les politiques d’indemnisation ou d’allocation de ces mêmes seniors. En clair l’OCDE demande à la France de traiter les chômeurs de plus de 50 ans comme tous les autres chômeurs (en particulier en matière d’indemnisation) et surtout à mieux cibler les dispositifs globaux comme le contrat de génération qui devraient être selon l’Organisation plus ciblées sur les seniors ayant de faibles qualifications.
 
Antoine Clause

Également à lire

Innovation & Société

25 juin 2021

Nicolas Menet : « Il y a 93 000 emplois à créer dans la Silver Économie »

Malgré les difficultés rencontrées lors de la crise sanitaire, la filière Silver Économie accélère son développement et recrute dans de nombreux domaines. Rencontre avec M. Nicolas Menet, Directeur Général de Silver Valley et Vice-Président de la filière Silver Économie.

en savoir plus

Dernières publications