Pôle emploi - Emploi Parlons Net

Marché du travail

Qui sont les gagnants de la formation professionnelle ?

Selon l’Insee, les cadres se forment davantage que les ouvriers ou les chômeurs. Un constat qui pourrait influencer les réflexions en cours autour de la formation professionnelle.

Comment rééquilibrer l’accès à la formation professionnelle au profit des salariés les moins qualifiés et des chômeurs ? C’est l’une des questions à laquelle la réforme de la formation professionnelle devra répondre. La lecture de la dernière enquête « For­ma­tion des adultes » réalisée par l’Ins­titut na­tio­nal de la sta­tis­tique (Insee) et les ser­vices des mi­nis­tères du Tra­vail (Dares) et de l’Édu­ca­tion (Depp) devrait alimenter les discussions. En effet, l’étude de l’Insee le confirme : les cadres fran­çais suivent une for­ma­tion pro­fes­sion­nelle deux fois plus sou­vent que les ou­vriers (66% contre 35%) et les sa­la­riés du pu­blic se forment da­van­tage (62%) que ceux du privé (45%). Réa­li­sée au­près de 14 000 per­sonnes entre oc­tobre 2016 et mars 2017, cette en­quête révèle par ailleurs que les per­sonnes ayant un em­ploi se forment da­van­tage que les chô­meurs : 49% des per­sonnes ap­par­te­nant à la pre­mière ca­té­go­rie ont suivi une for­ma­tion, contre 30% au chô­mage.

Avantage aux diplômés

Ainsi, en 2016, 39% des per­sonnes âgées de 18 à 64 ans, ayant ter­miné leurs études ini­tiales, ont suivi une for­ma­tion pro­fes­sion­nelle, quelle que soit leur si­tua­tion sur le mar­ché du tra­vail. Les chô­meurs cherchent da­van­tage une for­ma­tion « cer­ti­fiante » et leurs for­ma­tions sont plus longues, puisque 35% d’entre elles durent plus de 60 heures, contre 5% chez les per­sonnes en em­ploi. De plus, l’accès à la formation continue augmente avec le diplôme : 74% des personnes diplômées du supérieur long ont suivi au moins une formation au cours des 12 derniers mois, contre seulement 22% des personnes ayant au plus le certificat d’étude primaire. De même, le taux d’accès aux formations est quatre fois plus élevé pour les diplômés du supérieur long (60%) que pour les personnes les moins diplômées (15%).

Deux obstacles : le temps et l’argent

Selon l’enquête de l’Insee, l’accès à la formation diminue en seconde partie de carrière : environ 60% des 25-44 ans ont participé à au moins une formation sur l’année, contre 50% des 45-54 ans et 35% des 55-64 ans. En particulier, les formations « non formelles à but professionnel » (1) concernent plus souvent les personnes en début et milieu de vie active : plus de 45% des 25-44 ans contre 40% des 45-54 ans et 22% des 55-64 ans, ces derniers étant moins souvent en emploi.

In­ter­ro­gés sur les obs­tacles à la for­ma­tion, les per­sonnes en em­ploi es­timent en pre­mier lieu que « la for­ma­tion n’est pas com­pa­tible avec la charge de tra­vail ou l’em­ploi du temps », quand les chô­meurs évoque le coût (« for­ma­tion trop chère, pro­blèmes fi­nanciers »). L’étude montre éga­le­ment que seule­ment quatre ac­tifs sur dix connaissent le compte per­son­nel de for­ma­tion (CPF), lancé en 2015. En re­vanche, le congé in­di­vi­duel de for­ma­tion (CIF), qui va être trans­formé dans le cadre de la ré­forme sur la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle, est plus connu (6 ac­tifs sur 10).

(1) Par opposition aux formations dites « formelles », les formations informelles mènent à des certifications non reconnues, voire aucune certification

Également à lire

Marché du travail

18 mars 2019

San Francisco, la ville où la distance tue l’emploi

Dans la plupart des grandes métropoles américaines, le nombre d’offres d’emploi non pourvues car trop éloignées de l’habitation des demandeurs explose. San Francisco et la Silicon Valley sont devenues le cas le plus emblématique des mobilités impossibles.

en savoir plus