Pôle emploi - Emploi Parlons Net
Revue du recrutement numérique N°24

Marché du travail

Revue de presse du recrutement numérique N°31

Dans cette revue de presse du recrutement numérique, nous revenons sur de nouvelles méthodes de recrutement et sur l'évolution de l'intérim.

Uber lance Uber Works.

Le Financial Times révèle qu’Uber essaie Uber Works, service de main-d’œuvre à la demande, et teste le service actuellement à Chicago. Pour l’instant, Uber Works se limiterait à quelques métiers puisqu’il permettrait d’embaucher ponctuellement des agents de sécurité ou des serveurs. Selon le Financial Times : « Uber aurait commencé le recrutement pour cette nouvelle application. L’offre d’emploi parle d’un « projet spécial » avec une équipe basée à Chicago ayant « des objectifs ambitieux ». Les candidats potentiels doivent avoir de l’appétence pour le travail à la demande et être préparés à être appelés à des moments demandés, comme la nuit, les week-ends et pendant les vacances, décrit en substance l’annonce ». Rien ne dit que cette nouvelle application verra le jour, mais elle aurait du sens au regard des différents développements d’Uber au moment même où l’entreprise prépare son entrée en bourse.

1 https://www.usine-digitale.fr/article/uber-leve-2-milliards-et-chercherait-a-developper-uber-works-un-service-de-main-d-oeuvre-a-la-demande.N758124

Après LinkedIn, Microsoft se renforce encore dans le recrutement.

Si Microsoft a acheté LinkedIn pour 27 milliards de dollars en 2016, elle n’a déboursé qu’un peu moins de 500 millions pour Glint. Mais l’acquisition de cette start-up est essentielle car elle développe, selon Microsoft, les meilleures pratiques RH liées au numérique. Les 200 personnes de Glint vont être intégrées à LinkedIn de manière à ce que celle-ci offre aux entreprises les meilleures prestations RH en interne comme à l’embauche.

https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0302377081793-microsoft-investit-plus-de-400-millions-de-dollars-pour-booster-encore-sa-pepite-linkedin-2212096.php

Iziwork, le petit du digital qui s’attaque aux gros de l’intérim.

Lancée au début de l’année, la start-up Iziwork vient de lever 4,5 millions pour développer son activité commerciale. Leur idée ? Une plate-forme utilisant des technologies d’intelligence artificielle pour opérer un « matching » entre les travailleurs et les missions, comme beaucoup d’autres, mais avec un plus : les travailleurs sont évalués par une note à chaque contrat « et les employés les plus fiables ont accès aux meilleures missions ». De leur côté, les intérimaires évaluent également la mission, afin de pouvoir affiner la sélection qu’Iziwork leur propose.

https://business.lesechos.fr/entrepreneurs/financer-sa-creation/0302282382780-iziwork-defie-les-geants-de-l-interim-avec-une-solution-digitale-323564.php

JPG

Également à lire

Marché du travail

13 novembre 2018

Quand la blockchain s’empare du recrutement

La blockchain pourrait révolutionner à terme l’organisation des entreprises et en particulier le recrutement, en favorisant la traçabilité des informations fournies par les candidats.

en savoir plus