Pôle emploi - Emploi Parlons Net

Marché du travail

Revue des revues mai 2019

Emploi Parlons Net revient sur l'actualité des revues. Parmi les thématiques abordées dans cette revue : les conséquences de la blockchain, la nécessité du diplôme ou encore la nature du travail.

Un travailleur « non qualifié », cela existe-t-il vraiment ?

Le monde du travail se métamorphose et la sociologie non seulement constate et analyse mais essaie de plus en plus de « théoriser » les évolutions. Un travail souvent assez pointu que l’on retrouve dans les productions de la DARES, du CNRS et de la recherche universitaire comme le LEST (Laboratoire d’Économie et de Sociologie du Travail du CNRS et d’Aix-Marseille Université). Didier Demazière, sociologue, directeur de recherche au CNRS et à Sciences Po, en est l’une des figures. Il vient ainsi de superviser, avec Emmanuelle Marchal, le numéro de la revue de la DARES sur « La fabrication du travail non qualifié » (1). Car, à bien y regarder, malgré le développement de cette expression de non qualification, qui circule dans l’espace public où elle semble frappée du sceau de l’évidence et alimente nombre de discours portant sur le travail contemporain, personne ne sait très bien ce qu’est un travailleur non qualifié. « Comment certaines activités et certains travailleurs sont-ils considérés comme non-qualifiés ou traités comme tels ? » est la question centrale de la revue. Un travail qui n’exigerait aucune qualité n’aurait aucune utilité et donc n’existerait pas, est-ce que c’est seulement concevable ? Les différents intervenants de ce numéro ne soutiennent pas seulement « tout poste de travail et tout travailleur mettent en jeu un nombre minimal de qualités ou de compétences », mais surtout considèrent le travail non qualifié comme la résultante d’un déficit de leur reconnaissance et de leur valorisation.

1 La fabrication du travail non qualifié. Revue Travail et Emploi, n° 155-156.

https://dares.travail-emploi.gouv.fr/dares-etudes-et-statistiques/etudes-et-syntheses/revue-travail-et-emploi/tous-les-numeros/article/revue-travail-et-emploi-no-155-156

Le travail a-t-il vraiment changé de nature ?

Didier Demazière est également l’un des contributeurs du livre Dix concepts pour penser le nouveau monde du travail (1), où il tente de redéfinir le concept de parcours professionnel, dont la pertinence a été renouvelée par la forte progression de l’instabilité des formes d’emploi, la diversification des ruptures professionnelles, et l’allongement des périodes d’incertitude (2). Le livre, dirigé par deux chercheurs canadiens, essaie de comprendre la transformation en profondeur des anciens rapports de production hérités du modèle de croissance fordiste. Au cours des dernières décennies, de nombreux changements économiques, politiques et culturels ont bouleversé la nature du travail, la manière de l’organiser ainsi que la relation d’emploi. Cela nécessite de revoir, de critiquer et d’actualiser les principaux concepts à partir desquels la sociologie analyse le monde du travail : salariat, précarité, informalité, conflit, contrôle et organisation du travail, qualification et compétence, rapport au travail, parcours professionnel, insertion professionnelle, temporalités. Les auteurs redéfinissent ainsi 10 concepts clés du monde du travail.

1 « Dix concepts pour penser le nouveau monde du travail », sous la direction de Daniel Mercure et Mircea Vultur. Hermann, 248 pages, 24 €.

2 https://www.lemonde.fr/emploi/article/2019/04/17/conflit-competence-rapport-au-travail-des-concepts-revisites_5451312_1698637.html

A-t-on vraiment besoin de diplômes ?

 C’est dans la Harvard Business Review qu’est posée cette question un peu polémique (1). Le constat est double : d’abord, si l’obtention d’un diplôme d’études supérieures est clairement bénéfique, un dossier récent de The Economist (2) indique que si le retour sur investissement associé n’a jamais été aussi élevé pour les jeunes, sa valeur ajoutée diminue à mesure que le nombre de titulaires augmente. Ensuite, une série d’analyses au niveau mondial confirme que la corrélation entre le niveau d’éducation et la performance au travail est faible et « en réalité, les études indiquent que les scores obtenus à des tests d’intelligence sont un bien meilleur indicateur du potentiel de réussite dans un poste donné, notamment dans ceux qui font constamment appel à la réflexion et à l’apprentissage ». Et comme, selon une étude récente menée par le ManpowerGroup auprès de 2000 salariés (3), plus de 50% des organisations plaçaient la résolution de problème, la collaboration, le service client et la communication au rang des compétences les plus recherchées, le diplôme ne serait plus aussi utile qu’avant…

1 https://www.hbrfrance.fr/chroniques-experts/2019/04/25364-les-diplomes-servent-ils-encore-a-quelque-chose/

2 https://www.economist.com/international/2018/02/03/going-to-university-is-more-important-than-ever-for-young-people

3 https://www.manpowergroup.us/campaigns/manpower/skills-revolution-4/

Si le travail change, comment évoluent la valeur qui lui est accordée ?

Les nouvelles réalités du travail ont également été questionnées dans un colloque organisé par la Fabrique de l’industrie qui en publie aujourd’hui les actes (1). Une somme, car tout y passe, des conséquences de la blockchain sur l’organisation du travail dans les plateformes aux représentations mêmes du travail, jusque dans le cinéma en passant par des analyses de la notion même de compétence dans le travail ou la transformation du travail comme condition d’une nouvelle cohésion sociale. La grande originalité de ce colloque tient à la multidisciplinarité des intervenants : cela va des bilans d’expériences dans les ateliers aux travaux statistiques les plus pointus, en passant par l’analyse littéraire ou l’approche juridique. Il offre ainsi un éclairage sur les déplacements de frontière dont le travail est l’objet. Le numérique, bien sûr, mais pas uniquement… Tous les intervenants du colloque posent en fait la même question, quelle que soit leur discipline : si le travail change, comment repenser ses régulations ?

1 https://www.la-fabrique.fr/fr/publication/le-travail-en-mouvement/

Également à lire

Marché du travail

10 juillet 2019

L’intrapreneuriat, tremplin vers la création d’entreprise ?

Perçu aujourd’hui comme une démarche de niche, l’intrapreneuriat pourrait s’étendre dans les prochaines années à l’ensemble des secteurs d’activité.

en savoir plus

Dernières publications