Pôle emploi - Emploi Parlons Net

Marché du travail

Rungis innove en réponse à la crise sanitaire du Covid-19

Le Marché d'intérêt national (MIN) de Rungis, a vu récemment une grande part de ses débouchés commerciaux affectés par la fermeture des restaurants et des marchés de plein vent. Dans ce contexte, certaines initiatives ont permis de relancer de nouvelles perspectives, et même parfois, d'embaucher.

Pierre Lévy fait partie des co-fondateurs de Califrais, une start-up dédiée à la livraison de produits frais. Il y a six ans, il a commencé à travailler au Marché de Rungis, dont il est rapidement « tombé amoureux » : « c’est vraiment le paradis pour ceux qui aiment les beaux produits et tout le terroir français ».

Constatant les difficultés des restaurateurs pour gérer leur approvisionnement en produits alimentaires frais, il a l’idée de créer une entreprise dont l’objectif est de mieux répondre à leurs besoins : « l’idée de Califrais, c’était de simplifier la gestion de l’approvisionnement en produits frais pour les restaurateurs. » Pour cela, la stratégie de la start-up s’appuie sur plusieurs piliers : la simplification de la commande avec une interface unique donnant accès à plus de 4 000 produits, mais aussi des délais très courts entre la commande et la livraison (les restaurateurs peuvent commander jusqu’à minuit, pour recevoir leur marchandise le lendemain à partir de 6h).

De nouveaux débouchés auprès des particuliers

Au mois de mars, le confinement va mettre un coup de frein à l’activité du Marché, et toucher directement les acteurs spécialisés dans un service fourni aux restaurants.

Alors que l’entreprise compte 27 salariés en mars, du jour au lendemain, tous les services sont fermés. Les co-fondateurs doivent alors gérer la crise, à commencer par les finances et la gestion du personnel : « tous les restaurateurs ont cessé de payer, c’était compliqué. On a dû mettre tout le monde au chômage partiel, du jour au lendemain ». Un arrêt complet de l’activité, qui va les pousser à innover.

Pierre Lévy raconte : « Quand on a dû tout arrêter pour les professionnels, en mars, pendant une dizaine de jours on a essentiellement dû traiter la gestion administrative. Et en parallèle on s’est dit qu’il fallait réagir, il en est ressorti ce projet de vente aux particuliers, qui était dans un tiroir. Avant cet événement du confinement, on se disait qu’il y avait un marché potentiel trop gros pour les professionnels pour se lancer là-dedans aussi. Mais avec ce contexte, ça nous a incité à mettre en place des plans pour pouvoir se lancer auprès des particuliers. »

Les bonnes idées étant, semble-t-il, faites pour se rencontrer, l’entreprise gestionnaire du Marché de Rungis, la SEMMARIS, se rapproche de Califrais, en quête d’initiatives permettant de faire face à la crise et de soutenir l’ensemble de la filière alimentaire, en leur disant : « il faut qu’on réagisse, il y a trop de producteurs qui ne savent pas comment écouler leur marchandise. » « Nous avons eu cette idée pour ne pas perdre toute notre activité, et eux nous ont contacté pour favoriser la relance du cycle alimentaire ».

Ainsi, Califrais a ouvert le site https://rungischezvous.com/, un service de livraison de produits alimentaires haut de gamme, auprès des particuliers. Des livraisons qui intègrent une dimension écologique, à travers l’optimisation des trajets et l’utilisation de camions roulant au gaz naturel. Mais aussi par la provenance des produits, qui privilégie le local, dans la mesure du possible, avec par exemple du saumon de Normandie ou des yaourts produits dans les Yvelines.

Des embauches de jeunes du SMV

Depuis, la société a pu embaucher des jeunes issus du Service militaire volontaire (SMV), après qu’ils soient venus prêter main forte au Marché de Rungis, dans le cadre d’un parcours d’insertion professionnelle (et de l’opération Résilience) : « On a embauché neuf personnes qui faisaient partie du SMV, et on a pu les intégrer à l’équipe, ils ont été formés, et maintenant ils sont en CDI. Maintenant on est 37, puisqu’on a embauché une autre personne. Sur la partie pour les particuliers, ça demande beaucoup de main d’œuvre, donc ce sont des préparateurs pour la plupart. Aujourd’hui, presque l’ensemble de l’effectif a pu reprendre son activité, à part quelques commerciaux, la période étant encore un peu prématurée pour la prospection. »

Si le Marché de Rungis reste bien sûr dédié aux professionnels, Califrais pourrait bien perpétuer cette initiative au-delà de la crise du Covid-19, celle ci répondant visiblement aux attentes d’une partie des consommateurs. Début mai, Califrais a pu relancer son activité de livraison aux professionnels, grâce à la décision d’un certain nombre de restaurateurs de rouvrir ou de lancer des services de livraison à domicile, qui avaient souvent été fermés également. Une activité qui n’est pour le moment qu’à un tiers de l’activité avant le confinement, et dont ils attendent qu’elle reprenne progressivement.

Autre entreprise devant faire face à une forte baisse de son activité du fait de son orientation vers la restauration, la maison Masse a également avancé le calendrier d’ouverture d’un site de vente aux particuliers : https://portail.maison-masse.com/. Ce site qui devait initialement ouvrir en 2021 permet donc d’accéder à une vaste gamme de produits. En effet, si la Maison Masse est principalement connue pour le foie gras et les truffes, elle se présente comme un « éditeur de goûts » qui propose une large gamme de produits (volailles, viandes, épicérie fine, charcuterie…), pour l’ensemble des métiers de bouche, et désormais également pour les particuliers. Avec des sites sur Rungis, Lyon, Nantes et Strasbourg, la société possède une couverture nationale, ce qui lui permet d’assurer des livraisons dans l’ensemble de l’hexagone.

Alors que l’heure est à la solidarité et au développement de la polyvalence dans les équipes de travail, les acteurs du Marché de Rungis s’orientent vers diverses stratégies. Parmi les tendances qui se renforcent à l’ère de l’après-confinement, le souci de soutenir les filières locales est notable, comme le montre aussi le récent accord entre le Marché d’intérêt national de Rungis (MIN) et Monoprix : celui prévoit que quarante magasins à Paris et dans les Hauts-de-Seine seront fournis en fruits et légumes cultivés en Île-de-France.

Également à lire

Marché du travail

02 septembre 2020

« Mettre en synergie tous les acteurs de l’alternance »

Favorisant un accès rapide à l’emploi, l’alternance s’est imposée comme une voie d’avenir pour de nombreux jeunes. Quels défis se profilent dans le monde d’après pour les acteurs de ce format d’apprentissage ? Quels seront les effets du plan de soutien mis en place par le Gouvernement ? L’éclairage de Souâd Zaouni-Denoux, Maître de conférence HDR* en Sciences de l’éducation à l’Université Paul Valéry, Montpellier 3.**

en savoir plus