L’INSEE confirme la spécialisation de l’emploi en fonction des territoires

La part des emplois de cadres et de professions intellectuelles supérieures a doublé sur les trente dernières années et celle des employés non qualifiés progresse également. L’INSEE a étudié ces évolutions en fonction des territoires.

Ce sont d’un côté les cadres et professions intellectuelles supérieures et de l’autre les employés non qualifiés qui ont assuré la progression de l’emploi sur tous les territoires entre 1982 et 2014. L’INSEE le montre dans une note « Cadres et employés non qualifiés : les deux moteurs de l’emploi des territoires ». Sur la période, l’emploi progresse de 4,4 millions en France métropolitaine avec des fonctions intellectuelles supérieures qui génèrent 1,7 million d’emplois supplémentaires, dont 1,3 million de cadres et professions intellectuelles supérieures, et des commerces et services de proximité qui créent 2,2 millions d’emplois, dont 1,4 million d’emplois non qualifiés. À l’inverse, l’industrie perd 2,8 millions d’emplois, dont 1,2 million d’ouvriers non qualifiés.

La progression est générale, même si les proportions ne sont pas les mêmes dans les villes que dans les communes éloignées. Dans les villes de plus de 100 000 habitants, les cadres constituent 25% des emplois en 2014 et 22% dans leurs banlieues, alors qu’ils ne constituent que 10% environ des effectifs partout ailleurs. Il y a également des différences notables entre les grandes villes : 35% de cadres à Paris, 30% à Toulouse comme à Grenoble, trois cités dont l’activité est tournée vers une économie de la connaissance, 21% à Marseille et 17% à Nice, deux communes d’administration, de santé et de commerce.

Partout, les employés non qualifiés sont plus nombreux qu’avant, 1,5 million de plus qu’en 1982. À l’inverse, si la progression touche l’ensemble de la France, elle est moindre dans les grandes villes-centres et leurs banlieues. Si les employés non qualifiés de l’industrie chutent dans les métropoles, ceux du bâtiment et du nettoyage résistent. L’industrie automobile est en perte de vitesse également dans des communes plus éloignées des grandes villes comme Renault à Sandouville. Loin des territoires urbains, l’industrie agroalimentaire, qui emploie de nombreux ouvriers non qualifiés, résiste mieux. En 2014, l’importance des ouvriers non qualifiés est d’autant plus forte que l’on s’éloigne des grandes villes.

Pour tous les autres emplois qualifiés, les évolutions sont disparates. Artisans, commerçants et chefs d’entreprise, professions intermédiaires, employés et ouvriers qualifiés voient leur importance diminuer entre 1982 et 2014. 67,4% des emplois en France métropolitaine en 1982, leur part passe à 61,2% en 2014. Ce recul concerne toutes les catégories de territoire, hormis les petites et moyennes aires. 

Restons Connectés

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?