La fonction publique s’ouvre aux apprentis

L’apprentissage, principal outil de lutte contre le chômage des jeunes, fait de nouveaux émules dans la fonction publique. Bilan à mi-parcours.

Lentement mais sûrement. En 2016, la fonction publique a enregistré 13 148 nouveaux contrats d’apprentissage : +23% par rapport à l’année précédente. Sous l’impulsion du gouvernement (1), l’administration et les services publics ouvrent progressivement la porte aux apprentis. Ainsi, à elle seule, la fonction publique d’État (FPE) a recruté 2 110 nouveaux apprentis de plus qu’en 2015 (+59%). Dans une note publiée fin juin, la Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) fait le point sur le profil de ces nouveaux apprentis et leur évolution.

Les collectivités territoriales, principaux employeurs

Les collectivités territoriales demeurent les principaux employeurs d’apprentis. Les communes en ont embauché six sur dix, « auxquels il convient d’ajouter les 20% recrutés par les établissements communaux ou intercommunaux, suivies par les départements (11%) et les régions (6%) », peut-on lire dans la note de la DGAFP. « En 2016, la territoriale est le versant qui a par ailleurs conclu le plus des contrats d’apprentissage avec des mineurs : ils représentaient 22% des nouveaux apprentis », soulignent les auteurs  (versus 8% dans la FPE et la fonction publique hospitalière (FPH)). Et c’est aussi principalement dans la fonction publique territoriale (FPT) que les apprentis se préparent le plus à un diplôme de niveau inférieur au baccalauréat : 45% contre 23% dans la FPH et 7% dans la FPE en 2016.

En 2016, la durée des contrats d’apprentissage continue par ailleurs de diminuer : 36% des contrats d’apprentissage dans la fonction publique ont une durée inférieure à un an (contre 33% en 2015) et 7% une durée supérieure à deux ans. Et la majorité des apprentis sont scolarisés à la signature du contrat : 74% dans la FPE, 61% dans la FPT et 60% dans la FPH.

De nouveaux apprentis plus diplômés

En 2016, un peu plus de la moitié des nouveaux contrats d’apprentissage dans la fonction publique vise la préparation d’un diplôme de l’enseignement supérieur (+5 points par rapport à 2015), 28% la préparation d’un diplôme de niveau inférieur au baccalauréat (-4 points par rapport à 2015) et enfin 20% un diplôme de niveau baccalauréat (-1 point par rapport à 2015).

En 2016, 30% des nouveaux apprentis dans la fonction publique sont titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur, soit une hausse de 3 points par rapport à 2015. En revanche, la part des nouveaux apprentis titulaires d’un diplôme de niveau inférieur au baccalauréat ou sans aucun diplôme a reculé de 4 points par rapport à 2015. La part des apprentis préparant un diplôme de l’enseignement supérieur est plus importante dans la fonction publique d’État (73%, en hausse de 6 points par rapport à 2015) que dans les deux autres versants : 60% et 36% respectivement dans la fonction publique hospitalière et la fonction publique territoriale.

Autre enseignement : la part des femmes parmi les nouveaux apprentis dans la fonction publique a progressé l’an dernier. De 47% en 2015, elle est passée à 50,5% en 2016. Cette augmentation s’explique par une hausse de la part des femmes dans la FPE (56% après 48% en 2015) et dans la fonction publique hospitalière (63% après 60% en 2015). Dans la FPT, cette part reste stable à 45%.

Présenté par les gouvernements successifs comme l’un des instruments de lutte contre le chômage des jeunes, l’apprentissage dans la fonction publique et notamment la fonction publique d’État a encore de beaux jours devant lui. Selon Jacky Richard, auteur du rapport « Développer et pérenniser l’apprentissage dans la fonction publique », remis en 2015 au Premier ministre, l’une des clés du succès réside dans le maître d’apprentissage. « De lui dépend, en grande partie, la réussite de cette formation en alternance », estime le conseiller d’État qui conclut : « Le maître d’apprentissage doit être davantage valorisé et formé »
 

 (1) La conférence sociale de juillet 2014 a fixé un objectif de 10 000 apprentis dans la fonction publique d’Etat en 2016

 

Restons Connectés

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?