La formation à distance fait sa révolution

Mooc, Cooc, Spoc…* Ces acronymes ont envahi le monde de l’éducation et de la formation, offrant une deuxième jeunesse au e-learning et de nouvelles ressources pour évoluer professionnellement.

Inconnus ou presque encore il y a cinq ans, les Moocs, ces cours à distance ouverts à tous, ont fait du chemin : Coursera, la plateforme américaine, propose pas moins de 1 600 cours conçus par 146 universités mondiales et a déjà dépassé les 23 millions d’étudiants. De ce côté de l’Atlantique, FUN (France université numérique) affiche déjà un million d’inscrits. « Les Moocs sont devenus incontournables. Ils sont le moyen le plus rapide pour se former et découvrir des sujets émergeants », analyse Cécile Dejoux, professeur au CNAM dont le Mooc « Du manager au leader » illustre cette tendance : chaque année, le contenu est revu en fonction de l’évolution des recherches de l’enseignante et il intègre des thématiques dans l’air du temps, comme l’agilité managériale ou le design thinking (technique de co-créativité). Et qu’importe finalement si seuls 5 % à 6 % des apprenants suivent la totalité de ces programmes. « Chacun vient chercher ce dont il a besoin », ajoute-t-elle.

Cette flexibilité séduit les entreprises de plus en plus nombreuses à intégrer des Moocs pour former en interne leurs collaborateurs. Tag Heuer a ainsi demandé à Coorpacademy, spécialisée dans les programmes en ligne sur mesure, de concevoir un Mooc pour former ses commerciaux. Le Crédit Agricole s’est également laissé séduire : des modules de sensibilisation à la culture digitale ont ainsi été créés et proposés aux salariés. « Nous avons aujourd’hui 70 clients », explique Jean-Marc Tassetto, un des trois cofondateurs de cette start-up qui remarque par ailleurs la porosité croissante entre ces formations sur mesure et celles ouvertes à tous. La Société générale a par exemple choisi de laisser son Mooc sur le management de projet en libre accès. Idem pour Capgemini et son opus sur les objets connectés.

Cette généralisation de l’utilisation des Moocs s’est parallèlement accompagnée d’une évolution des formats : « Les modules, toujours plus courts, sont conçus pour être consultés sur les smartphones dans les transports ou entre deux activités. C’est pourquoi nous ne parlons plus de Moocs mais de Mobil Learning », poursuit Jean-Marc Tassetto. Les formations à distance sont aussi mixées avec des vidéos trouvées sur YouTube, des conférences Tedx, des Webminars… « Ces ressources ont profondément modifié la manière de former nos salariés, pointe Christelle Crimetz, International Learning & Development Manager du groupe Assystem. Nous les assemblons tout en créant des communautés d’apprenants afin de permettre aux participants d’échanger, de poser des questions et de s’entraider. »

Cette dimension sociale est d’ailleurs au centre des évolutions en cours. Et ce qui est vrai en interne l’est tout autant en externe : chaque Mooc sur Coursera ou sur FUN s’accompagne d’un forum, préambule à la création de réseaux professionnels dont les membres se rencontrent aussi parfois dans la vraie vie. « Car si les programmes en ligne nous donnent la possibilité de déployer nos formations auprès d’un large public et d’offrir une plus grande flexibilité, ils ne remplaceront jamais complètement les séances où les participants se rencontrent pour aller plus loin ni l’accompagnement que nous leur apportons dans la mise en pratique de ce qu’ils ont appris », conclut Christelle Crimetz. La relation directe entre enseignants et stagiaires n’est pas encore totalement dépassée.

Laurence Estival

* massive open online course, Corporate open online course, Small Private Online Course

Restons Connectés

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?